Le bidule, c’est ainsi que le général De Gaulle désignait le téléphone. Il n’aimait pas le téléphone; il rechignait à se lever pour décrocher le combiné, et pendant sa présidence il a toujours refusé que l’on investisse dans les centraux téléphoniques.

general de gaulle

Il n’a pas connu la révolution de l’Internet, de le 4G, des réseaux sociaux, mais on peut imaginer qu’il aurait été agacé par ces nouvelles formes de communication… Nous allons ici faire un point sur les nouveaux usages de la communication collaborative, induits par la frénésie de l’usage des smartphones.

Le téléphone dans tous ses états

C’est un cinquantenaire qui écrit cet article, et je suis souvent un peu désarçonné, quand je dois communiquer avec les moins de 25 ans.

Un soir, je devais aller chercher ma fille à la sortie d’une de ses activités, à l’heure prévue j’arrive au point du rendez-vous, je ne la vois pas. Pendant une dizaine de minutes, j’appelle trois fois sur son téléphone, je lui laisse un message, sans succès. De guerre lasse, après 15 minutes d’attente je lui envoie un texto, et j’ai une réponse immédiate à ce dernier « j’arrive ».

Ma fille a 17 ans; comme tous les jeunes de son âge elle communique abondamment avec son smartphone, textos,  petits messages sonores, micro Vidéos. Son application préférée est WhatsApp. Son smartphone reçoit entre 100 et 500 notifications par jour, elle consulte l’écran de son smartphone très régulièrement. A mon plus grand regret elle ne consulte ses e-mails qu’une fois par semaine,  et, comme le Général de Gaulle, elle rechigne à répondre au téléphone.
Je suis, comme le  général De Gaulle un peu déphasé, je partage un peu son avis quand il disait :

« La ménagère veut le progrès mais elle ne veut pas la pagaille ».

De plus en plus de messages, de plus en plus courts

Le Général de Gaule était, comme beaucoup de ses contemporains, un grand amateur de communications épistolaires.

A l’instar de beaucoup de professionnels de ma génération (j’ai commencé à travailler en 1994), j’apprécie les communications par emails.

Nous voilà  ringardisés, devenus des « has been », dépassés par ces jeunes  qui communiquent avant de réfléchir….

Le dinosaure, né avant les années 60, communique avec la lettre postale

Par jour il :

  • reçoit son courrier une fois par jour (au passage du facteur)
  • lit de 3 à 15 lettres
  • rédige de 2 à 6 lettres

Le temps moyen d’un échange est de 4 jours.

Le mammouth, né entre les années 60 et les années 80, communique avec les emails

Par jour il :

  • reçoit une trentaine de notifications d’arrivée d’emails
  • lit une centaine d’emails
  • rédige une vingtaine d’emails

Le temps moyen d’un échange est de quelques heures.

Petite poussette *, née après les années 90, communique avec le chat**

Par jour elle :

  • reçoit plus de 300 notifications
  • lit plus de 300 messages
  • envoie plus de 50 messages

Communication directe, addiction aux notifications ?

En écrivant une lettre (peut-on encore parler au présent ?), on se soucie d’être exhaustif et clair, il ne s’agit pas d’oublier une partie de son message… Un oubli, un malentendu vous coute 1 à 2 semaines…

Avec la messagerie instantanée, on a moins d’exigences, la demande est formulée comme elle vient, le style est direct, sans ambages ou formules de politesses.

L’autre différence notable est que le chat nous expose à un flux constant de notifications, une partie de notre esprit attend en permanence des réponses.

Une tendance qui gagne le marché du travail

L’émergence des chats d’entreprise

Depuis quelques années, dans les jeunes entreprises dites « agiles », l’email n’est plus à la mode, les collaborateurs communiquent de façon privilégiée avec les chats d’entreprise.

Cette tendance est en train de gagner des entreprises établies, les outils utilisés à la place des emails s’appellent Slack, Microsoft Teams, Skype for Business.
L’équipe de tableauxinteractifs.fr a réalisé à ce sujet une étude qui explique les raisons de ce glissement; vous pourrez consulter l’étude derrière ce lien :
http://www.tableauxinteractifs.fr/entreprise/solutions-collaboratives-pour-les-ecrans-interactifs/essor-solutions-chat-professionnel

Deux conseils simples pour les managers en quête de collaboration avec les « petites poussettes »

Instituer des rituels de communication de groupe en présentiel :

Comme on l’a vu les messages inondent les smartphones, il est important que des points de communication en groupe soient institués, les messages qui y seront donnés auront une importance implicite parce qu’ils seront compris et partagés ensemble.

Appuyez-vous sur un grand écran comme support de votre communication d’équipe :

Vous êtes tentés d’interdire l’usage des téléphones portables pour que les « petites poussettes » libèrent les yeux de leurs petits écrans ?  Il sera sans doute plus judicieux de réserver une salle de réunion équipée d’un vidéoprojecteur ou d’un écran interactif, et de présenter le sujet de la collaboration sur le grand écran…

* Petite Poussette désigne les jeunes générations du numérique, terme inventé par Michel SERRES

** Le chat (se prononce « tchate ») désigne en anglais la messagerie instantanée

 

Sur le même sujet

Les écrans interactifs ont révolutionné le milieu éducatif puisqu’ils sont venus apporter une dynamique et une plus-value à l’enseignement, ce qui les rend à présent indispensables !

En revanche, il y a plusieurs années en raison de leur coût, les écrans interactifs n’étaient pas accessibles pour tous, leur démocratisation par la suite sur le marché français fera augmenter la demande. En plus de vouloir équiper ses salles de primaires, collèges ou lycées, les chefs d’établissements aménagent même leurs salles de maternelle.

Pour en savoir plus sur les apports du tni en écoles primaires suivez ce lien.

Situé à Toulon, le collègue Notre-Dame des missions s’est également tourné vers la solution interactive la plus avantageuse tant sur le plan rapport qualité/ prix que sur le plan performance et efficacité et ont aménagé donc deux de leurs salles d’écran tactile interactif Easypitch 4K de 75 pouces.

Les avantages des écrans interactifs tactiles

Les écrans interactifs tactiles Easypitch ont remplacé les tableaux et les vidéoprojecteurs dans les salles de classes et de formations, grâce à leur technologie de haute définition et leur confort d’utilisation. Ces tablettes géantes, idéales en toutes circonstances, que ce soit en enseignement ou en entreprise, sont équipées d’un système d’exploitation Android embarqué, du multitouch qui permet de travailler à plusieurs, d’une qualité d’image inouïe avec une résolution allant jusqu’à 4K UHD, et d’une dalle solide tactile de 4mm d’épaisseur qui résiste dans le temps même en cas d’utilisation intensive.

En classe, les écrans Easypitch permettent d’interagir avec le contenu projeté sans avoir besoin d’accéder à un ordinateur, d’importer tous les fichiers (images, vidéos, textes) dont vous aurez besoin sans vous soucier des formats, enregistrer votre cours, travailler à plusieurs de manière simultanée sur l’écran et même évaluer les élèves.

En effet, l’écran interactif Easypitch a une très longue durée de vie de 55000 heures étant donné qu’il ne requiert pas de maintenance et moins d’entretien, à la différence des vidéoprojecteurs et des tableaux interactifs qui nécessitent de changer régulièrement les lampes et filtres des vidéoprojecteurs, sans compter qu’il faut les brancher à un ordinateur externe, ce qui vous restreint en terme de confort d’utilisation, puisque le plus souvent il suffit qu’il y ait une ombre pour que l’image projetée soit cachée ou encore le fait de devoir tout éteindre afin que la luminosité de la pièce ne vienne pas interférer celle de la projection.

Notons également que depuis la démocratisation des smartphones et des tablettes, pratiquement tous les élèves savent utiliser les écrans tactiles puisqu’ils leur sont familiers, ce qui facilite grandement la prise en main et le travail en équipe en classe.

Pour en savoir plus sur les apports du pédagogiques du TBI / TNI suivez ce lien.

Par ailleurs, depuis l’apparition des écrans interactifs, nous constatons une évolution particulièrement incroyable, après des débuts plutôt mitigés en raison de leur coût excessivement élevé, ils font à présent l’unanimité et détrônent les tableaux blancs interactifs ou encore les vidéoprojecteurs interactifs. Consultez cet article qui explique concrètement cette évolution et cette différence notable sur le long terme, du rapport qualité/prix d’un écran interactif : https://www.ludomag.com/2018/07/cout-de-lecran-interactif-vs-tableau-interactif-en-enseignement/

Utilisation des écrans interactifs par le collège Notre-Dame des missions

Les enseignants de l’école Notre-Dame des missions utilisent les deux écrans interactifs par roulement pour délivrer leur cours notamment de langues française et anglaise, de physique, de sciences, d’histoire-géographie ou encore de mathématiques comme l’illustre l’image de cette enseignante qui teste les outils géométriques sur le logiciel embarqué des écrans tactiles Easypitch, UBoardMate.

Une enseignante de mathématiques à l’école de Notre Dame des missions en train d’utiliser les outils de géométrie intégrés dans le logiciel Uboardmate
Une enseignante de mathématiques à l’école de Notre Dame des missions en train d’utiliser les outils de géométrie intégrés dans le logiciel Uboardmate
Une enseignante de Français  à l’école de Notre Dame des missions utilise le logiciel interactif d’annotation pour écrire
Une enseignante de Français à l’école de Notre Dame des missions utilise le logiciel interactif d’annotation pour écrire

UboardMate est un logiciel qui vous permet de remplacer de manière efficace un tableau blanc et bien plus, puisqu’il vous permet d’écrire de manière très fluide sur un surface de travail illimitée, de passer d’une page à une autre, vous pouvez utiliser des outils mathématiques, des formes lignes, un calendrier, un minuteur (durant un examen), capturer ou enregistrer sous forme de vidéo votre travail ou encore accéder à vous ressources et insérer des fichiers sous n’importe quel type de format.

Comme vous pouvez le voir sur cette vidéo :

Pour finir, l’avantage que soulignent le plus souvent tous les enseignants comme c’est le cas avec les professeurs de l’école Notre-Dame des missions c’est l’interopérabilité de Google Drive et du logiciel UBoardMate embarqué sur les écrans Easypitch, qui vous permet après avoir téléchargé le fichier que vous souhaitez, de l’importer, travailler dessus et le modifier à travers ce logiciel d’annotation.

A propos :

Notre-Dame des missions est située au-dessus de la ville de Toulon et existe depuis 1931 sur la Paroisse de l’Immaculée Conception de la Loubière et accueille plus de 750 élèves, entourés de 48 professeurs et de 31 personnels qui veillent à ce que les enfants soient épanouies et acquière un bon niveau de connaissance et des valeurs humaines.

De plus, cet établissement est tourné depuis toujours vers l’accueil des enfants en difficultés, et a mis en place depuis septembre 2009 une Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire (ULIS) pour les enfants dyslexiques du primaire et depuis 2011 une seconde ULIS pour les élèves du collège. Ils ont pour mission d’encadrer de manière personnalisée ces enfants aux besoins éducatifs particuliers, ayant des troubles spécifiques du langage oral et écrit.

Ils ont formé une classe pour les élèves du primaire capable de soutenir 12 enfants de 8 à 12 ans maximum. Pour ce qui est de celle du collège, ils acceptent jusqu’à 10 élèves allant de 12 à 16 ans.

Par ailleurs, les projets de scolarisation sont proposés par la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).

Ce projet permet aux élèves de recevoir un soutien supplémentaire et spécifique afin de leur faciliter l’apprentissage ainsi que leur parcours scolaire.

Sur le même sujet

Avec à la diminution du coût des tablettes et à la faveur de l’amélioration équipements internet des foyers, les jeunes passent beaucoup de temps à regarder des vidéos. Peut-on espérer qu’ils regardent de temps en temps autre chose que leurs chanteurs et youtubeurs préférés ? D’un autre côté les professeurs ont des équipements numériques de meilleure qualité (TBI et écrans interactifs), et le raccordement au réseau internet des écoles s’améliore. Les professeurs peuvent diffuser des vidéos dans de bonnes conditions de son et d’image. Bonne nouvelle, ils peuvent s’appuyer sur ce média si prisé par leurs élèves.. L’équipe rédactionnelle s’est attelée sérieusement au sujet.

Opportunités et menaces de l’usage des videos

On demande par exemple à une classe de cinquième de lire « les fourberies de Scapin ». Bien entendu une bonne partie des élèves ne va pas le lire, le phénomène n’est pas nouveau. Ce qu’il y a de nouveau par contre, c’est qu’une partie des élèves va écouter le texte en vidéo…. Enfin une partie des élèves va avoir une approche hybride … entre lecture du livret et écoute des vidéos…

 

  • Ce n’est pas forcément sous le contrôle du professeur.. Posons la question, dans ce cas,l’existencede youtube est-elle bénéfique pour les élèves ?
    En regardant la bouteille à moitié pleine, écouter les vidéos est plus facile, plus ludique, que la lecture du livret…Certains élèvesvont écouter les vidéos, alors que de toutes façon ils n’auraient pas lu le livret…
  • En regardant la bouteille à moitié vide, écouter les vidéos éloigne l’élève du texte, alors que le texte qui reste le support de référence.. D’autre part certains élèves peuvent sélectionner une version partielle ou dévoyée du texte sur YouTube …Une nouvelle source de problèmes.
Face à cette situation, le professeur peut faire un travail de curation, et prendre quelques minutes en classe pour montrer une version de qualité des « fourberies de Scapin », comme par exemple :

 


En faisant ainsi, il évite que certains élève tombent dans les pièges de YouTube..

Le dossier sur les vidéos pédagogiques sur tableauxinteractifs.fr

Nous avons écrit une vingtaine d’articles sur les ressources videos, ils répondent au différentes questions : qui, quand, quoi ou et comment ? Nous étayons les questions des avantages de la diffusion des videos, http://www.tableauxinteractifs.fr/ressources/ressources-videos-sur-les-tni-et-tbi/chaines-youtube-enseignement

Pour les professeurs en classe http://www.tableauxinteractifs.fr/ressources/ressources-videos-sur-les-tni-et-tbi/chaines-youtube-enseignement/supports-numeriques-pour-chaines-educatives-youtube, pour les élèves dans le cadre des révisions, les deux risques de diffusion des vidéos en classe sont :

  • La panne de réseau au moment de la diffusion des capsules
  • Les publicités qui peuvent s’afficher de façon intempestive : une source de perturbation pour les élèves.

Nous avons décrit une solution pour contourner ces problèmes dans cet article : http://www.tableauxinteractifs.fr/ressources/ressources-videos-sur-les-tni-et-tbi/convertir-les-videos-youtube-pour-enrichir-les-cours

Ce que l’on ne peut éviter il faut l’embrasser..

Les vidéos offrent un moyen ludique et captivant de découverte du monde, et des chaines de vidéos pédagogiques mettent à la disposition de tous des capsules ludiques de grande qualité.. On aurait bien tort de s’en priver..

Le TBI utilisé en cours

Mais cette manne de capsules n’est pas du « tout cuit », elle vient avec son lot de pièges. Il faut du temps pour trouver les contenus adéquats et articuler ces vidéos avec les supports de cours et programmes en place.Pour chaque niveau et matière, l’équipe de tableauxinteractifs.fr a fait une partie de ce travail de curation, comme par exemple cette sélection de chaine pour le CP :
http://www.tableauxinteractifs.fr/ressources/ressources-videos-sur-les-tni-et-tbi/comparatifs-des-chaines-pedagogiques-youtube-niveau-primaire-cp

Cette année, le salon de l’informatique pour la  pédagogique  et les technologies de la communication (les TICE) s’est tenu à Londres, du 23 au 26 janvier 2019. L’évènement a regroupé près de 34000 participants venus du monde entier, plus de 800 entreprises leaders et une centaine de start-up Edtech.

Voici  les principales tendances et dispositifs à surveiller pour les années à venir.

Ordinateurs portables AMD

ordinateur amd

Première révélation, les ordinateurs portables qui embarquent des processeurs mobiles AMD. Parmi les nombreux fabricants, on retrouve HP et Acer, en collaboration avec AMD. Ils se sont démarqués avec le lancement du tout nouveau Chromebook équipé de système AMD.

Cette alliance a donné naissance à un ordinateur portable totalement revisité, taillé exclusivement pour l’éducation. Chromebook est doté des APU AMD série A, de la 7ème génération, avec système graphique Radeon.

Ce type d’ordinateur sera introduit dans les salles de classe dans le but de pallier les lacunes actuelles dans la fourniture de cartes microprocesseurs Intel d’entrée de gamme.

Tablette détachable : Pixel Slate de Google


La tablette Pixel Slate de Google, fraîchement sortie en octobre 2018 pour séduire les utilisateurs de l’iPad, a également été exposée à Londres.

Il s’agit de l’une des premières tablettes sous Chrome OS de 12,3 pouces. C’est une surface de navigation qui offre des applications exceptionnelles permettant de devenir une véritable ardoise d’apprentissage et de divertissement. Son système d’exploitation est léger mais puissant, avec prise en charge des applications Android et Linux.

Pixel Slate démontre que Chrome OS peut jouer le double rôle de système d’exploitation pour tablette ; tout aussi bien que d’espace de travail type PC.

Réalité augmentée


Apple et Google ont réitéré leur volonté d’introduire la réalité augmentée dans le secteur de l’éducation. Apple accompagne surtout le lancement de la réalité augmentée avec son tout nouvel iPad et son ARKit. Tandis que Google rattrape Apple avec sa nouvelle vague de Chromebook et son kit de développement ARCore.

Pourquoi cet engouement ? Simplement parce que la réalité augmentée pourrait bien être l’étincelle de la prochaine révolution applicative, le point de départ de nouveaux usages et de nouveaux périphériques d’ici quelques longues années. Dans tous les cas, le changement du marché vers cette nouvelle tendance représente un défi pour ces différents acteurs.

Ecrans tactiles interactifs


Comme chaque année, les grandes marques d’écran interactif ont également été présentes au salon BETT. On connaît déjà comment un écran interactif peut favoriser un environnement d’apprentissage efficace. Pas de changement notable par rapport aux applications et logiciels utilisés sur les écrans interactifs mais il pourrait y avoir une nouveauté au niveau de la technologie de détection, avec la technologie in-touch ou in-glass.

Ce changement pourrait permettre une plus grande précision dans la performance tactile de l’écran interactif et permettra également d’obtenir une qualité d’image supérieure.

Sécurité des données

nuage

La protection de l’identité et des données personnelles est au cœur des enjeux de tous les fabricants d’appareils numériques connectés. Les questions sur la confidentialité des données sur les étudiants, la sécurité des données et le RGPD étaient sur toutes les lèvres au salon BETT 2019.

En effet, les préoccupations sur la protection de la vie privée des élèves s’intensifient car le nombre de données saisies et conservées continue d’augmenter comme le nombre de plates-formes interopérables augmente.

À cela s’ajoute le sentiment d’incertitude qui règne au sein de nombreuses écoles. Les étudiants, les parents d’élèves et les enseignants, tous sont soucieux de la manière dont les données sont réellement traitées et si cette opération est bien conforme à la loi.

Intégration entre les plateformes

A l’instar de la sécurité des données, le transfert de données et l’interopérabilité entre les plateformes utilisées dans les écoles constituent aussi une question de plus en plus importante.

On s’attend alors à ce que les grands fournisseurs d’outils de productivité tels que Microsoft et Google annoncent des partenariats pour améliorer et renforcer la sécurité pendant l’intégration des données en classe.

Solutions d’enseignement personnalisées

Le BETT 2019 été également l’occasion pour des jeunes entreprises et fournisseurs de démontrer la capacité de leurs solutions d’apprentissage personnalisées.

Cependant, compte tenu des obstacles liés à la protection des données personnelles et à la sécurité des données, il faudrait encore des années avant que cette solution d’apprentissage personnalisée soit totalement aboutie et opérationnelle dans les établissements scolaires.

Sur le même sujet