Enseigner avec des vidéoprojecteurs interactifs

Lens Hand

Les vidéoprojecteurs interactifs sont devenus populaires au cours des dernières années, et il semble que leur utilisation va continuer à croître de façon exponentielle. En effet, des livres tels que La Révolution Tableau blanc interactif  (Betcher & Lee, 2009) témoignent de la profondeur et l’ampleur du changement de cet outil peu favorisé dans l’enseignement.

Pour ceux qui ne se sont pas encore familiarisés avec la technologie, un vidéoprojecteur interactif (VPI), est projecteur qui se connecte à un ordinateur et un grand écran. Le projecteur projette l’écran de l’ordinateur sur la surface du tableau, d’où les utilisateurs contrôlent l’ordinateur avec le stylo, le doigt, ou un autre dispositif. Le projecteur est généralement monté sur un support mural ou sur le socle. Divers accessoires, tel que le système de réponse des élèves, permettent l’interactivité.

Bien que de plusieurs enseignants ont opté avec enthousiasme pour les VPI, peu de recherches sur leur effet notamment sur le rendement des élèves sont disponibles.

Cependant, une étude a été faite sur 85 enseignants et 170 salles de classe, avec des enseignants ont utilisé les vidéoprojecteurs interactifs pour enseigner leurs cours et qui ont par la suite enseigner à un autre groupe d’élèves sans utiliser la technologie (voir Marzano & Haystead , 2009 )

Les découvertes de la recherche

Les résultats de l’étude indiquent que, généralement, l’utilisation de vidéoprojecteurs interactifs a été associée à un gain de 16 centiles sur les résultats des tests. Cela signifie que nous pouvons nous attendre à ce que l’étudiant au 50e centile dans une classe sans technologie, croisse jusqu’au 66e centile dans une salle de classe à l’aide de vidéoprojecteurs.

En outre, trois caractéristiques immanentes à des vidéoprojecteurs interactifs ont une relation statistiquement significative avec la réussite des élèves.

  • Le premier est bien sur l’étudiant, le dispositif de réponse par vote concerne les dispositifs que les élèves utilisent pour entrer leurs réponses. Le pourcentage d’élèves qui fournissant la bonne réponse est alors immédiatement affiché sur le tableau dans un graphique à barres ou un diagramme circulaire. L’utilisation de dispositifs de vote a été associée à un gain de 26 points de centile sur chaque résultat.
  • Une deuxième caractéristique est l’utilisation de graphiques et d’autres éléments visuels pour représenter l’information. Il s’agit notamment des images téléchargées, des clips vidéo via internet, des sites comme Google Earth,  graphiques et des diagrammes. L’utilisation de ces aides a été également associée à un gain de 26 points de percentile sur les résultats aux tests.
  • Une troisième caractéristique est que le vidéoprojecteur interactif renforcé d’applications que les enseignants peuvent utiliser pour signaler lorsque la réponse est correcte ou présenter des informations dans un contexte inhabituel. Ces applications comprennent des réponses correctes glissé-déposé dans des endroits spécifiques, reconnaissance des réponses correctes avec des applaudissements virtuels, et de découverte des informations cachées sous des objets. Ces pratiques ont été associées à un gain de 31 points de centile sur résultats aux tests.

Nos observations

 Une des conclusions les plus intéressantes de l’étude était que, dans 23% des cas, les enseignants avaient de meilleurs résultats sans les vidéoprojecteurs interactifs. Pour en déterminer la raison, nous avons examiné les bandes-vidéos des enseignants utilisant le visualiseur classique. Ce qui a divulgué quelques pièges potentiels dans l’utilisation de la technologie :

  • Utilisation de dispositifs de vote ne met pas en relief les caractéristiques qualitatives des résultats. Dans plusieurs classes, les enseignants ont juste noté le nombre des étudiants ayant obtenu la bonne réponse au lieu de rechercher les raisons pour lesquelles une réponse était plus approprié qu’une autre.
  • Manque d’organisation du temps lors des manipulations. Dans ces cas, les enseignants incorporent des segments vidéo via internet ou d’images destinées à représenter des informations importantes dans leurs contenus. Cependant, ils manipulent si rapidement les images que les étudiants, bien qu’impressionnés par les graphismes, n’ont pas eu le temps d’analyser et d’interagir sur le contenu.
  • L’utilisation excessive de graphismes. les visuels étaient tellement inondés de stimuli visuels qu’il était devenu difficile d’identifier le contenu important.
  • Donner trop d’importance aux applications de renfort. Par exemple, lorsque les enseignants ayant eu de moins bons résultats, avec la technologie utilisaient la fonction applaudissements virtuelle pour signaler une réponse correcte, l’accent semblait être plus sur les applaudissements plutôt que sur la clarification du contenu.

Tirer le meilleur parti de la technologie

Cette étude, ainsi que par l’avis de bon nombre enseignement, conseille les enseignants quant à l’utilisation des vidéoprojecteurs interactifs. Il est recommandé ce qui suit :

  • Les enseignants doivent réfléchir à la façon dont ils ont l’intention d’organiser la diffusion de leurs contenus pédagogiques.
  • Il est important de  regrouper les informations en petits segments significatifs avant qu’ils ne commencent à défile. Une fois que le contenu est organisé, ils peuvent par la même occasion proposer les tableaux en version papier afin de compléter l’organisation du cours. Pour s’assurer qu’ils ne vont pas trop vite, les enseignants peuvent également marquer leurs contenus pour se rappeler d’arrêter la présentation afin que les élèves puissent traiter et analyser le flux d’informations.
  • Les visuels présentés peuvent contenir des graphiques, mais ces graphiques doivent se concentrer sur les informations importantes. Aussi, aucun contenu ne doit contenir trop de visuels ou d’informations écrites.
  • Après avoir posé une question et obtenu les réponses des élèves, à l’aide de dispositifs de vote, l’enseignant doit généralement en discuter un moment autour de la réponse correcte avec les réponses incorrectes en veillant à obtenir des avis des élèves, aussi nombreux qu’ils puissent être.
  • Lors de l’utilisation des fonctionnalités de renfort comme les applaudissements virtuels, les enseignants doivent s’assurer que les élèves se concentrent sur la raison pour laquelle une réponse est correcte ou incorrecte. Bien que ces caractéristiques puissent produire un grand engagement et certainement animer l’atmosphère dans une salle de classe, ils peuvent aussi distraire si elles sont utilisées sans une orientation claire sur le contenu essentiel.

Les vidéoprojecteurs interactifs sont un grand potentiel pour améliorer les pratiques pédagogiques en classe et, finalement, améliorer l’ efficacité des élèves.

Cependant, supposer simplement que l’utilisation de celui-ci ou tout autre outil technologique peut automatiquement améliorer le rendement des élèves serait une erreur. Comme c’est le cas avec tous les outils puissants, les enseignants doivent utiliser les VPI avec réflexion, conformément à ce qui est prescrit pour adopter de bonnes pratiques en classe.

Commenter ou poser une question à l'auteur de l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>