Le bidule, c’est ainsi que le général De Gaulle désignait le téléphone. Il n’aimait pas le téléphone; il rechignait à se lever pour décrocher le combiné, et pendant sa présidence il a toujours refusé que l’on investisse dans les centraux téléphoniques.

general de gaulle

Il n’a pas connu la révolution de l’Internet, de le 4G, des réseaux sociaux, mais on peut imaginer qu’il aurait été agacé par ces nouvelles formes de communication… Nous allons ici faire un point sur les nouveaux usages de la communication collaborative, induits par la frénésie de l’usage des smartphones.

Le téléphone dans tous ses états

C’est un cinquantenaire qui écrit cet article, et je suis souvent un peu désarçonné, quand je dois communiquer avec les moins de 25 ans.

Un soir, je devais aller chercher ma fille à la sortie d’une de ses activités, à l’heure prévue j’arrive au point du rendez-vous, je ne la vois pas. Pendant une dizaine de minutes, j’appelle trois fois sur son téléphone, je lui laisse un message, sans succès. De guerre lasse, après 15 minutes d’attente je lui envoie un texto, et j’ai une réponse immédiate à ce dernier « j’arrive ».

Ma fille a 17 ans; comme tous les jeunes de son âge elle communique abondamment avec son smartphone, textos,  petits messages sonores, micro Vidéos. Son application préférée est WhatsApp. Son smartphone reçoit entre 100 et 500 notifications par jour, elle consulte l’écran de son smartphone très régulièrement. A mon plus grand regret elle ne consulte ses e-mails qu’une fois par semaine,  et, comme le Général de Gaulle, elle rechigne à répondre au téléphone.
Je suis, comme le  général De Gaulle un peu déphasé, je partage un peu son avis quand il disait :

« La ménagère veut le progrès mais elle ne veut pas la pagaille ».

De plus en plus de messages, de plus en plus courts

Le Général de Gaule était, comme beaucoup de ses contemporains, un grand amateur de communications épistolaires.

A l’instar de beaucoup de professionnels de ma génération (j’ai commencé à travailler en 1994), j’apprécie les communications par emails.

Nous voilà  ringardisés, devenus des « has been », dépassés par ces jeunes  qui communiquent avant de réfléchir….

notifV5

Le dinosaure, né avant les années 60, communique avec la lettre postale

Par jour il :

  • reçoit son courrier une fois par jour (au passage du facteur)
  • lit de 3 à 15 lettres
  • rédige de 2 à 6 lettres

Le temps moyen d’un échange est de 4 jours.

Le mammouth, né entre les années 60 et les années 80, communique avec les emails

Par jour il :

  • reçoit une trentaine de notifications d’arrivée d’emails
  • lit une centaine d’emails
  • rédige une vingtaine d’emails

Le temps moyen d’un échange est de quelques heures.

Petite poussette *, née après les années 90, communique avec le chat**

Par jour elle :

  • reçoit plus de 300 notifications
  • lit plus de 300 messages
  • envoie plus de 50 messages

Communication directe, addiction aux notifications ?

En écrivant une lettre (peut-on encore parler au présent ?), on se soucie d’être exhaustif et clair, il ne s’agit pas d’oublier une partie de son message… Un oubli, un malentendu vous coute 1 à 2 semaines…

Avec la messagerie instantanée, on a moins d’exigences, la demande est formulée comme elle vient, le style est direct, sans ambages ou formules de politesses.

L’autre différence notable est que le chat nous expose à un flux constant de notifications, une partie de notre esprit attend en permanence des réponses.

Une tendance qui gagne le marché du travail

L’émergence des chats d’entreprise

Depuis quelques années, dans les jeunes entreprises dites « agiles », l’email n’est plus à la mode, les collaborateurs communiquent de façon privilégiée avec les chats d’entreprise.

Cette tendance est en train de gagner des entreprises établies, les outils utilisés à la place des emails s’appellent Slack, Microsoft Teams, Skype for Business.
L’équipe de tableauxinteractifs.fr a réalisé à ce sujet une étude qui explique les raisons de ce glissement; vous pourrez consulter l’étude derrière ce lien :
http://www.tableauxinteractifs.fr/entreprise/solutions-collaboratives-pour-les-ecrans-interactifs/essor-solutions-chat-professionnel

Deux conseils simples pour les managers en quête de collaboration avec les « petites poussettes »

Instituer des rituels de communication de groupe en présentiel :

Comme on l’a vu les messages inondent les smartphones, il est important que des points de communication en groupe soient institués, les messages qui y seront donnés auront une importance implicite parce qu’ils seront compris et partagés ensemble.

Appuyez-vous sur un grand écran comme support de votre communication d’équipe :

Vous êtes tentés d’interdire l’usage des téléphones portables pour que les « petites poussettes » libèrent les yeux de leurs petits écrans ?  Il sera sans doute plus judicieux de réserver une salle de réunion équipée d’un vidéoprojecteur ou d’un écran interactif, et de présenter le sujet de la collaboration sur le grand écran…

* Petite Poussette désigne les jeunes générations du numérique, terme inventé par Michel SERRES

** Le chat (se prononce « tchate ») désigne en anglais la messagerie instantanée

 

Sur le même sujet

Les solutions interactives, plus particulièrement les écrans interactifs font maintenant partie intégrante du milieu enseignant. Les deux géants qui se partagent l’écran que sont Smart et Promethean sont les plus présents sur le marché. Il est donc tout naturel que notre étude comparative s’est portée sur les écrans, les logiciels associés ainsi que sur l’interopérabilité avec les ordinateurs de ces solutions Smart et Promethean. D’autres aspects relatifs au byod, au rapport de ces écrans au cloud ainsi que sur l’autonomie de ces outils sont également abordés, introduits par l’article qui suit.


tableau noir à l'écran

Le marché des tableaux interactifs a atteint sa maturité dans le domaine de l’éducation et l’époque des pionniers est révolue dans la mesure où la majorité des salles de classe sont désormais équipées. Le tableau interactif est devenu un outil de la salle de classe, au même titre que le tableau blanc/vert/noir à feutres ou à craies il y a quelques années.

Il en va de même pour ses auxiliaires que sont les tablettes et autres dispositifs mobiles et qui ont supplanté les ardoises et remplacé dans une large mesure les manuels papier et diminué l’utilisation de supports papier pour l’écriture.[1]

La France est sensiblement à la traîne pour cette transition, même si les éditeurs de manuels papier ont l’obligation d’en publier des versions numériques. Contrairement aux autres pays, l’équipement en tableaux interactifs a été plus limité et souvent remplacé par des solutions « économiques » mais qui n’ont pas permis le développement observé ailleurs.

Le marché mondial est désormais tourné vers l’écran interactif, ce qui apporte de nombreux avantages par rapport aux solutions interactives comportant des vidéoprojecteurs. Cela offre une chance à la France de rattraper son retard en passant directement à la génération des écrans interactifs. En quelque sorte, il s’agit de refaire le coup de l’abandon du Minitel…

Le comparatif que nous vous proposons est un match au sommet entre les deux leaders du domaine. SMART Technologie qui depuis 1991 a livré environ un tableau blanc interactif SMART sur deux dans le monde et son chalenger Promethean. Ces deux sociétés ont de nombreux points communs. Après s’être opposées pendant plus d’une décennie sur l’ergonomie, Stylet VS Stylet+main, c’est finalement cette dernière option ergonomique inaugurée en 1991 par SMART qui a pris le dessus. Elles proposent donc désormais toutes les deux des écrans se manipulant aussi bien au doigt qu’au stylet.

Dernier point commun, comme le marché est devenu d’ampleur mondiale, ces deux sociétés sont maintenant affiliées à l’extrême orient afin de disposer de la structure financière et logistique pour relever les défis mondiaux.

 

 Gamme écran Promethean   Gamme écran Smart

Les deux frères ennemis ont effectué aussi en parallèle une autre évolution, celle d’intégrer dans leurs solutions le BYOD (Bring Your Own Device — Apporter son propre matériel) qui consiste à exploiter les matériels personnels des élèves, smartphones et tablettes, mais aussi en exploitant les ordinateurs des classes mobiles. Pour cela, ils s’appuient sur le Cloud et les technologies online. Ainsi, le tableau interactif n’est plus un périphérique. Ce sont les autres outils de la classe qui en sont devenus les périphériques. Il était donc naturel que les logiciels de TBI intègrent la communication entre ces différents outils et à travers eux, la gestion effective de la classe.
Rappelons que SMART, il y a près de 20 ans proposait déjà Synchroneyes qui permettait à l’enseignant de visualiser et d’intervenir de son poste sur ceux des élèves. Cette solution changea ensuite de nom pour devenir SMART sync, puis elle fut intégrée dans la suite logiciel SMART Learning Suite.

Promethean a décidé de passer au full web et d’ainsi abandonner les logiciels classiques, mais sa communauté d’utilisateurs a résisté et Promethean propose aujourd’hui les deux solutions en parallèle, avec ACTIV Inspire et Class Flow. Chez SMART, SMART Notebook, son logiciel vedette n’est pas remis en cause, mais il se voit accompagner par la SMART CLASS SUITE ONLINE et SMART AMP. Cette dernière solution présente pour la France la difficulté de nécessiter de s’appuyer sur les comptes Google Education, ce que les Rectorats rechignent à faire et par conséquent, en France, seule la suite « online » de SMART est réellement mise en œuvre.

Nos deux concurrents sont donc actuellement à mi-parcours, l’un freiné par ses utilisateurs, l’autre, en France du moins, par la nécessité d’utiliser des comptes établissements Google…

Retrouvez notre comparatif exhaustif entre les écrans interactifs Promethean Vs SMART traitant les différents aspects matériels, logiciels, cloud, byod, autonomie et interopérabilité.

Comparatif des écrans interactifs Promethean et SMART – le matériel

Comparatif de l’écran tactile interactif SMART et Promethean – le logiciel

Comparatif écrans tactiles interactifs Promethean et SMART – le Cloud

Comparatif écrans interactifs SMART vs Promethean – le BYOD

Comparatif de l’autonomie des écrans tactiles interactifs SMART et Promethean

Comparatif de l’interopérabilité des écrans tactiles interactifs SMART Vs Promethean

 

[1] Depuis 2013, 45 états des É.-U. ont rendu facultatif l’apprentissage de l’écriture manuscrite. En 2016, la Finlande a remplacé l’apprentissage de l’écriture manuscrite par la dactylographie. Plusieurs pays ont remplacé le manuel papier par sa version numérique en raison des usages innovants permis par ceux-ci et de la réduction du poids des cartables, une tablette pouvant remplacer une multitude de livres.

culture de la collaboration

Écoutons le vent nouveau

Avec l’usage des nouvelles technologies, l’information circule plus vite au sein de nos organisations. Mieux informés, les collaborateurs ont une plus grande maturité, ils ont les moyens de communiquer directement avec tous leurs supérieurs, quelque-soit leur niveau hiérarchique.

L’histoire nous a appris que le développement des moyens de communication est le prélude aux révolutions. Aux 18ième siècle en France, l’impression et la diffusion des journaux a permis la contestation de l’ordre royal établi, ce qui a préparé le terrain pour la révolution française.
Continue reading « La France est-elle le vilain petit canard de la culture de collaboration? »

Depuis la fusion cette année de Mimio et Boxlight grands constructeurs de technologies d’apprentissage interactives, les deux compagnies se complètent pour offrir un éventail étendu de solutions interactives conçues pour l’enseignement.

Boxlight a dévoilé sa nouvelle gamme de vidéprojecteurs P12 à l’« ISTE 2016 Conference & Expo » à Denver. C’était l’occasion pour les participants d’assister à des démonstrations en direct, au stand Boxlight n°3311, de ces projecteurs tactiles, avant leur sortie officielle à la fin du mois de juin.
Continue reading « Boxlight : le début des projecteurs lasers à l’ISTE 2016″