Des nouvelles du bidule

Le bidule, c’est ainsi que le général De Gaulle désignait le téléphone. Il n’aimait pas le téléphone; il rechignait à se lever pour décrocher le combiné, et pendant sa présidence il a toujours refusé que l’on investisse dans les centraux téléphoniques.

general de gaulle

Il n’a pas connu la révolution de l’Internet, de le 4G, des réseaux sociaux, mais on peut imaginer qu’il aurait été agacé par ces nouvelles formes de communication… Nous allons ici faire un point sur les nouveaux usages de la communication collaborative, induits par la frénésie de l’usage des smartphones.

Le téléphone dans tous ses états

C’est un cinquantenaire qui écrit cet article, et je suis souvent un peu désarçonné, quand je dois communiquer avec les moins de 25 ans.

Un soir, je devais aller chercher ma fille à la sortie d’une de ses activités, à l’heure prévue j’arrive au point du rendez-vous, je ne la vois pas. Pendant une dizaine de minutes, j’appelle trois fois sur son téléphone, je lui laisse un message, sans succès. De guerre lasse, après 15 minutes d’attente je lui envoie un texto, et j’ai une réponse immédiate à ce dernier « j’arrive ».

Ma fille a 17 ans; comme tous les jeunes de son âge elle communique abondamment avec son smartphone, textos,  petits messages sonores, micro Vidéos. Son application préférée est WhatsApp. Son smartphone reçoit entre 100 et 500 notifications par jour, elle consulte l’écran de son smartphone très régulièrement. A mon plus grand regret elle ne consulte ses e-mails qu’une fois par semaine,  et, comme le Général de Gaulle, elle rechigne à répondre au téléphone.
Je suis, comme le  général De Gaulle un peu déphasé, je partage un peu son avis quand il disait :

« La ménagère veut le progrès mais elle ne veut pas la pagaille ».

De plus en plus de messages, de plus en plus courts

Le Général de Gaule était, comme beaucoup de ses contemporains, un grand amateur de communications épistolaires.

A l’instar de beaucoup de professionnels de ma génération (j’ai commencé à travailler en 1994), j’apprécie les communications par emails.

Nous voilà  ringardisés, devenus des « has been », dépassés par ces jeunes  qui communiquent avant de réfléchir….

notifV5

Le dinosaure, né avant les années 60, communique avec la lettre postale

Par jour il :

  • reçoit son courrier une fois par jour (au passage du facteur)
  • lit de 3 à 15 lettres
  • rédige de 2 à 6 lettres

Le temps moyen d’un échange est de 4 jours.

Le mammouth, né entre les années 60 et les années 80, communique avec les emails

Par jour il :

  • reçoit une trentaine de notifications d’arrivée d’emails
  • lit une centaine d’emails
  • rédige une vingtaine d’emails

Le temps moyen d’un échange est de quelques heures.

Petite poussette *, née après les années 90, communique avec le chat**

Par jour elle :

  • reçoit plus de 300 notifications
  • lit plus de 300 messages
  • envoie plus de 50 messages

Communication directe, addiction aux notifications ?

En écrivant une lettre (peut-on encore parler au présent ?), on se soucie d’être exhaustif et clair, il ne s’agit pas d’oublier une partie de son message… Un oubli, un malentendu vous coute 1 à 2 semaines…

Avec la messagerie instantanée, on a moins d’exigences, la demande est formulée comme elle vient, le style est direct, sans ambages ou formules de politesses.

L’autre différence notable est que le chat nous expose à un flux constant de notifications, une partie de notre esprit attend en permanence des réponses.

Une tendance qui gagne le marché du travail

L’émergence des chats d’entreprise

Depuis quelques années, dans les jeunes entreprises dites « agiles », l’email n’est plus à la mode, les collaborateurs communiquent de façon privilégiée avec les chats d’entreprise.

Cette tendance est en train de gagner des entreprises établies, les outils utilisés à la place des emails s’appellent Slack, Microsoft Teams, Skype for Business.
L’équipe de tableauxinteractifs.fr a réalisé à ce sujet une étude qui explique les raisons de ce glissement; vous pourrez consulter l’étude derrière ce lien :
http://www.tableauxinteractifs.fr/entreprise/solutions-collaboratives-pour-les-ecrans-interactifs/essor-solutions-chat-professionnel

Deux conseils simples pour les managers en quête de collaboration avec les « petites poussettes »

Instituer des rituels de communication de groupe en présentiel :

Comme on l’a vu les messages inondent les smartphones, il est important que des points de communication en groupe soient institués, les messages qui y seront donnés auront une importance implicite parce qu’ils seront compris et partagés ensemble.

Appuyez-vous sur un grand écran comme support de votre communication d’équipe :

Vous êtes tentés d’interdire l’usage des téléphones portables pour que les « petites poussettes » libèrent les yeux de leurs petits écrans ?  Il sera sans doute plus judicieux de réserver une salle de réunion équipée d’un vidéoprojecteur ou d’un écran interactif, et de présenter le sujet de la collaboration sur le grand écran…

* Petite Poussette désigne les jeunes générations du numérique, terme inventé par Michel SERRES

** Le chat (se prononce « tchate ») désigne en anglais la messagerie instantanée

 

Sur le même sujet

Commenter ou poser une question à l'auteur de l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 26 = 32

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Présentation de produit

Témoignage d'utilisation