Tableauxinteractifs.fr vous souhaite année 2016 retournée !

En retournant les chiffres de la nouvelle année on découvre …

2016

L’idée du retournement de situation est intéressante en pédagogie, et c’est un moteur très efficace, elle peut être source de joie.

Je l’ai expérimenté moi-même avec ma fille qui est en CM1, je lui fait réviser ses listes de mots, je lui demande de me préparer une dictée (elle professeur, moi élève), elle prend 15 minutes pour préparer la dictée qui reprends un partie des mots de vocabulaire et quelques problèmes d’accord..Elle me la dicte, et la corrige, prend un grand plaisir à me coller un 3 sur 10..  A  10 ans elle s’est investie dans son rôle de maître d’école et elle a manifesté de la joie, la leçon est sue…

L’idée du retournement est assez simple, on investit l’élève de la responsabilité d’un enseignement ; comme d’aucun savent, c’est en enseignant qu’on apprend le mieux; et surtout c’est la valorisation de la compétence de l’élève qui lui permet de progresser.

D’ ailleurs là ou en Français on parle de classe inversée, en anglais on parle de ‘flipped classroom’, que l’on pourrait traduire par classe retournée (to flip over dignifiant « retourner »).

Si vous voulez allez plus loin, une video renversante..

Nous vous proposons de regarder une video de Marcel LEBRUN, de l’Université catholique de Louvain ; il y explique que le principe de l’hybridation (lecture at home, homework in class), que l’on désigne également comme la classe inversée.

Dans cette video Mr LEBRUN, non sans humour, reprends la plainte sempiternelle des aînés devant l’attitude aux nouvelles générations, et vous expliquera ce que désigne la génération C.

Les références de Mr LEBRUN sont multiples, de Socrate en passant le CEFRIO, les référents américains… Il n’est pas du genre à couper les cheveux en 4, et son message est tonique et vivifiant.

Pour en revenir au sujet de ce site.. et le TBI dans tout cela ?

Comme le souligne Marcel LEBRUN, la nouveauté, elle vient d’abord du public,  que l’on parle de génération Z, de génération C, génération Millénium, ou « petite poucette »…. une chose est certaine :

La nouvelle génération d’élèves est « native » du numérique, c’est Michel Serres qui l’exprime le mieux :

« Petite Poucette est née au début des années 1980. Elle a une trentaine d’années aujourd’hui. Les gens comme moi, nés d’avant l’ordinateur, nous travaillons AVEC lui. Nous sommes en dehors de l’ordinateur. Petite Poucette, elle, vit DANS l’ordinateur. Pour elle, l’ordinateur n’est pas un outil, mais fait partie de ses conditions de vie. Elle est sur Facebook, les réseaux sociaux, son téléphone est branché avec elle… »

 

Le TBI est un outil qui facilite ces moments d’interaction; et il permet de montrer des ressources multimedia et des contenus en ligne, il aide ainsi à maintenir l’attention des nouvelles générations d’ élèves.

Autre actualité à consulter : www.tableauxinteractifs.fr/2014/12/enseigner-avec-des-videoprojecteurs-interactifs

Commenter ou poser une question à l'auteur de l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

34 + = 44

  1. J ai un souci avec mon TBI les enseignants ont perdu le câble qui permet l interactivité ( port double usb). Ce câble est-il spécifique au TBI où peut-on mettre n importe quel câble double usb ?

    1. Bonjour

      Je ne comprends pas ce que vous appelez câble double USB.
      La plupart des TBI utilisent un câble USB identique à ceux des imprimantes.
      USB A ou C (côté ordinateur) et USB B, du côté du TBI.
      Attention, al longueur maximale est de 5m pour un câble ordinaire. Si vous avez besoin d’une longueur plus grande, il vous faudra un câble amplifié.

      Bien cordialement
      PS : si le câble pour imprimante ne convient pas, merci d’envoyer une photo de la prise sur le TBI.

  1. Bonjour, Professeur des écoles en maternelle je souhaite demander en investissement un écran tactile interactif pour ma classe et toute l’école. J’aurais besoin d’un devis à proposer à la mairie.
    Après quelques lectures sur internet, je pense qu’un écran correspond mieux à nos attentes qu’un TNI ou un VNI mais peut-être pourrez-vous me le confirmer ou pas?
    Notre écran doit être suffisamment grand pour remplacer un tableau blanc.
    Il doit pouvoir être sur un support très stable (utilisation par les jeunes enfants dans la classe) , sur roulettes pour être déplacé dans les classes, sur support réglable en hauteur pour être adapté à la taille des élèves de la PS à la GS et même assez haut pour remplacer une télé dans un préau.
    Il doit pouvoir être autonome (avec seulement un clé usb contenant ce qu’on veut projeter) sans qu’on soit obligé d’y relier un ordinateur. Il doit pouvoir contenir des haut-parleurs intégrés par exemple. Mais j’aimerais aussi pouvoir y relier mon ordinateur portable si besoin.
    Il doit pouvoir être utilisé dans les classes même quand il y a beaucoup de soleil (contrairement au VNI que nous avons à l’école et qui nécessite de travailler dans un dortoir volets fermés).
    Il doit pouvoir être utilisé avec le doigt par les enfants… donc une surface peut-être mate plutôt que brillante?
    Je voudrais l’utiliser en créant moi-même mes exercices et aussi utiliser des jeux à disposition des enseignants sur internet et je ne sais pas s’il y a des différences entre les matériels que vous proposez, si on est contraint d’utiliser un seul logiciel précis fourni avec l’appareil ou pas?
    Enfin, si nous pouvons privilégier du matériel et logiciels français, ce serait mieux.
    Avez-vous des configurations à nous proposer avec les prix pour que nous puissions faire notre demande d’investissement (à renvoyer impérativement avant le 1er septembre en mairie)?
    Je vous remercie
    Ghislaine FAVIER

    1. Bonjour Ghislaine

      Je vois que vous avez lu avec attention nos dossiers.

      Effectivement, l’écran interactif est aujourd’hui le meilleur choix possible pour l’enseignement pour toutes les qualités que vous avez souligné.

      Les différences entre les différents modèles concernent l’ergonomie, le logiciel livré avec l’écran… Toutes les solutions sont adaptées à un travail en classe, ce qui pourra orienter votre choix sont les solutions adoptées par les collègues d’autres établissements avec qui vous travaillez (commune, circonscription, correspondants…). Il existe cependant des passerelles permettant de convertir de façon plus ou moins respectueuse les documents.

      Vous pouvez utiliser le logiciel de votre choix, même si un logiciel est fourni avec le matériel.

      http://www4.ac-nancy-metz.fr/tice57/spip.php?article179 Open Board et Open Sankore sont des logiciels français gratuits pour l’enseignement. Vous pouvez les utiliser quelque soit la marque de votre équipement.

      La surface de l’écran doit être finement dépolie pour que les doigts glissent facilement dessus. Ce n’est pas comme avec les tableuax interactifs utilisés avec des vidéoprojecteurs où la surface doit être mate pour éviter le point chaud du projecteur.

      Un écran interactif peut s’utiliser avec les volets ouverts. Évitez juste le soleil direct sur sa surface.

      La plupart des écrans comprennent un ordinateur Android intégré permettant de lire le contenu de la clef USB et bien sûr, tous possèdent une ou plusieurs entrées pour brancher un ordinateur.

      Ils sont aussi des enceintes incorporées, suffisamment puissantes et qualitative pour ne pas nécessité d’autres système de sonorisation (ce qui n’est pas le cas des VNI dont la puissance et la qualité son limités par le rsique de vibration qui pourrait endommager la lampe).

      Bien cordialement

Présentation de produit

Témoignage d'utilisation