Surmonter le handicap avec le TBI

Apparu dans le monde de l’éducation au tout début des années 90, le TBI (Tableau Blanc Interactif) aprécocement montré son intérêt pour les handicaps, notamment avec les dernières technologies de l’écran tactile interactif.
Nous allons lister certaines des aides qu’apporte le TBI ou l’écran interactif en fonction des handicaps.

Cet article est un résumé d’un web-conférence du cmub tbi-direct sur le sujet du TBI et le handicap dont vous pourrez lire le verbatim ici

http://www.tbi-direct.fr/tbi-et-handicap-session-14-decembre-2016-msc.html

f606e2015f6892430670a475bc561113

Le handicap moteur

Le TBI permet une vision satisfaisante de ce qui est manipulé à sa surface. Il peut être contrôlé à distance, permettant ainsi à un enseignant handicapé moteur d’économiser ses déplacements, ou à un élève d’intervenir de l’endroit où il se trouve.
La possibilité de réglage en hauteur, voire en inclinaison, facilite au maximum l’accès au TBI pour les personnes ayant un handicap des membres supérieurs comme inférieurs.
La grande taille permet des manipulations de supports informatiques qui seraient impossibles sur un support plus réduit.

Le handicap visuel

L’intérêt du TBI et notamment l’écran interactif pour le handicap visuel est double. Il permet d’agrandir fortement les objets affichés, y compris via une caméra connectée affichant des objets trop petits pour être appréhendés par un déficient visuel.
L’autre intérêt est qu’il utilise l’informatique, permettant ainsi de relayer l’affichage à un élève muni d’un dispositif adapté à son handicap, loupe physique ou virtuelle, grand écran individuel ou synthèse vocale…
Dans l’autre sens, l’écran tbi permet la manipulation de documents réalisés par une personne aveugle à l’aide de ses outils spécifiques (braille par exemple).
Cet échange intègre mieux la personne aveugle ou malvoyante dans un environnement pédagogique où elle côtoie des personnes n’ayant pas son handicap.

Le handicap auditif

L’aspect visuel de l’écran interactif pourrait laisser penser qu’il apporte peu aux déficients auditifs. Cependant, son attractivité et la possibilité d’afficher des interactions rédigées à l’écran, avec une tablette, un clavier d’ordinateur distant ou un clavier sans fil relié à l’écran interactif, permettent au sourd de faire connaître l’état de son raisonnement.
L’utilisation du langage des signes est facilement associée au TBI, par exemple à l’aide d’une galerie de signes qu’il suffit de faire glisser sur la page pour les combiner aux éléments représentés.
Nous noterons que dans les pays anglo-saxons, il est courant d’équiper les classes d’une sonorisation. Cela permet aux enseignants de moins forcer leur voix et aux élèves de mieux entendre la personne qui a le micro, voire dans des cas extrêmes, de passer par une boucle auditive permettant d’injecter directement dans la prothèse auditive d’une personne la parole de l’orateur.

L’autisme

Par son attrait visuel et la possibilité d’afficher des éléments sous la même forme, l’écran tactile interactif apporte un grand confort aux autistes.
La possibilité de manipulation directe sur la surface de l’écran avec le doigt facilite aussi la construction de schémas d’action réaction.
C’est un des domaines où l’apport de l’écran interactif a été le plus étudié et parmi les effets inattendus ressortent une nette augmentation des apprentissages sociaux et une concentration plus importante et durable.

Les DYS…

Dans tous les domaines dys ; dyslexie, dyscalculie, dysphasie, dyspraxie, dysorthographie ou dysgraphie, on observe un apport bénéfique du TBI.
Il permet aussi d’associer facilement des indices récupérateurs qui sont une des clefs pour améliorer la mémoire. On peut facilement associer une image à une notion ce qui en facilite la mémorisation. En mettant à disposition par impression ou autre le contenu du tableau, on permet à l’élève de prendre des repères en fonction de la position des éléments.
La galerie associée aux logiciels de TBI permet de manipuler des référents constants, ce qui permet d’ancrer des représentations.
Les polices de caractères adaptées, la couleur ou la possibilité de simplifier la mise en page en affichant peu de texte facilitent le travail du lecteur dyslexique.
Le TBI permet d’associer des images à des sons, de manipuler en grande dimension et autant de fois que l’on a besoin les éléments, ce qui est précieux dans la plupart des syndromes dys …

La maladie

La maladie trouve un auxiliaire intéressant avec le TBI. Il permet de donner à un élève absent l’exact contenu réalisé en classe et pas seulement la trace écrite finale.
Il permet à un élève de réinterroger plusieurs jours après son professeur avec une copie exacte du tableau, ce qui lui permet de mieux expliquer sa difficulté. C’est particulièrement utile en cas d’handicap mental.
Citons aussi la possibilité, en association avec des systèmes de visioconférence, pour un enfant hospitalisé temporairement de suivre la classe et même d’intervenir sur l’affichage du TBI depuis sa chambre d’hôpital.

Au-delà du handicap

Les apports du TBI facilitateurs pour les personnes handicapées ne doit pas masquer l’intérêt de l’outil pour la population générale.
Le surcroit d’attractivité, de simplification, de manipulation, de mémorisation, d’interaction, de collaboration qu’il offre est bénéfique à tout un chacun. Il permet de s’adresser de façon riche aux intelligences dites multiples en adaptant chaque moment pédagogique aux capacités des utilisateurs.

 

Présentation de produit

Témoignage d'utilisation