• email
  • Twitter
  • Facebook
  • viadeo FR
  • Add to favorites

Installation du vidéoprojecteur

Fixé au plafond ou non ?

  • Fixé au plafond, le vidéoprojecteur est toujours prêt à l’emploi. Ceci est encore plus intéressant avec un tableau interactif.
  • S’il n’est pas fixé, cela permet de faire des présentations en tout lieu, du moment qu’il y a une surface de projection convenable.

Eviter les ombres portées

Le vidéoprojecteur projette un faisceau lumineux. Il ne doit donc pas y avoir d’obstacle pour éviter la projection d’ombres sur l’écran.

L’idéal est donc de placer le vidéoprojecteur en hauteur, au-dessus des spectateurs, même debout. On rattrapera le trapèze causé par la perspective à l’aide du correcteur de parallaxe intégré.

Si la hauteur sous plafond n’est pas suffisante pour envisager ce positionnement ou si on utilise le vidéoprojecteur posé, il peut-être intéressant de le placer sur le côté de l’écran. Attention, dans ce cas, pour corriger la déformation de perspective, il faudra un projecteur proposant la correction de parallaxe horizontale, ce qui est rare.

Avec un tableau interactif, le risque d’ombre portée est encore plus grand car l’utilisateur est près de la surface de projection (le tableau).

Avec un objectif grand angle, on pourra mettre le projecteur plus près et limiter ainsi les risques d’ombres.

Pour bien comprendre où placer le vidéoprojecteur par rapport au tableau, nous vous conseillons de visionner l’animation créée par Pierre Puget.

Réduire le point chaud

Le point chaud est le reflet de la lumière du vidéoprojecteur sur la surface de projection (reflet spéculaire).

On remarquera sur cette photographie, une « tâche » de lumière qui est le reflet de la lumière mise par le vidéoprojecteur. Cette zone lumineuse peut s’avérer très désagréable pour une utilisation régulière. Pour la supprimer ou l’éviter, il existe plusieurs solutions.

1. Utiliser une surface de projection aussi peu brillante que possible

C’est cette solution qu’adoptent la plupart des fabricants de TBI fixes.

Cependant, d’une marque à l’autre, il peut y voir des résultats différents, en particulier lorsqu’il y a recherche de compromis pour l’utilisation de feutres effaçables.

Avec un DMI, on se méfiera des tableaux blancs de classe qui sont souvent très brillants.

2. Déplacer le point chaud

Le point chaud peut empêcher de voir les informations situées dans sa zone. L’angle d’émission étant égal à l’angle de réception, selon la place de l’utilisateur, le point chaud ne se trouve pas au même endroit.

Pour le situer à un endroit moins gênant, on a trois solutions : déplacer la source lumineuse, le tableau ou les usagers.

  1. Déplacer la source lumineuse. En plaçant le vidéoprojecteur très en hauteur, on peut dans certains cas reporter le point chaud en dehors de la vue des spectateurs. Cependant, il est quasiment impossible, surtout avec de grands tableaux, de le supprimer à la fois pour le manipulateur et les spectateurs assis.
    Signalons que les projecteurs sur potence ou extrême grand-angle limitent la gêne.
  2. Déplacer le tableau. En inclinant le tableau vers le haut, on peut aussi contrôler la position du point chaud. Cependant, cette solution n’est pas applicable à un tableau déjà fixé au mur. Comme pour la précédente, il est pratiquement impossible de supprimer le point chaud pour tous, manipulateur et spectateurs.
  3. Déplacer les usagers. En plaçant les usagers de part et d’autre de l’axe vidéoprojecteur/tableau, on reporte le point chaud vers le bord du tableau. Cela reste toutefois une organisation spatiale un peu étrange et ne résout pas le problème pour le présentateur. Un angle de 30 à 40° est jugé satisfaisant dans les normes industrielles des postes de travail.

3. Utiliser la rétroprojection, le plasma ou le LCD

Avec la rétroprojection (projection par l’arrière sur une surface translucide), on ne supprime pas totalement le point chaud, mais on le rend peu perceptible car la surface utilisée diffuse la lumière de façon relativement régulière.

Pour aller plus loin, les écrans LCD ou plasma permettent une image sans aucun point chaud, mais le prix est encore très élevé pour les écrans de tes grande taille.

Ces solutions suppriment en outre l’ombre portée, ce qui en fait la solution idéale si on s’affranchit des questions de coût…

Une solution à l’ombre et au point chaud, la rétroprojection

Une solution permettant de supprimer le point chaud est la rétroprojection qui consiste à utiliser un écran translucide avec le projecteur à l’arrière.

Ce système est relativement coûteux si l’on veut une bonne qualité d’image, sans point chaud (zone plus claire). Les constructeurs proposent des solutions haut de gamme, mais à prix élevé.

Au minimum, on peut utiliser un calque (si possible plastique), ou de l’altuglas finement dépoli. C’est alors d’une qualité moyenne, mais qui peut-être très satisfaisante dans le cadre d’un spectacle.

La baisse de prix des écrans plasma et LCD fait qu’il sera probablement plus économique et surtout plus qualitatif de les choisir.

  • email
  • Twitter
  • Facebook
  • viadeo FR
  • Add to favorites