Conseils pédagogiques

lehrer und schüler zeigen eine tafel

Actuellement, le TBI devient de plus en plus important non seulement dans les entreprises mais aussi dans les écoles. En effet, on peut tirer plusieurs avantages dans l’utilisation du TBI en classe dont voici quelques exemples.

Pour quelles disciplines utiliser le TBI ?

Le TBI peut vraiment être utilisé pour toutes les matières, même celles où l’écrit intervient moins comme le sport ou la musique. C’est un formidable outil de visualisation de l’information, c’est pourquoi il est fréquemment utilisé pour des matières où la représentation dans l’espace est importante (géographie, géométrie).

Sur l’utilisation du TBI en mathématiques :

Quelques exemples de solutions interactives, fixes ou mobiles :

A quel moment de la leçon utiliser le TBI ?

Dans de nombreux manuels, la page dédiée à une leçon se présente de la façon suivante :

  1. Une partie de découverte de la notion à aborder – Les situations sont souvent incompréhensibles pour les élèves n’ayant pas déjà des notions du sujet abordé…
  2. Une partie de mise en forme de la règle – Ce que l’on donne à apprendre par cœur 😉
  3. Une partie d’entraînement – Ce qui se fait par reproduction de l’exemple de début d’exercice et qui peut souvent être réalisé même si on n’a rien compris à la règle…

Prenons en compte ces trois temps pour comprendre le principal apport d’un TBI :

  1. La première phase est à mon avis celle ou le TBI est le plus intéressant. En effet, la puissance de l’ordinateur associé au tableau permet de revenir en arrière, de tester plusieurs hypothèses, de faire apparaître des documents susceptibles d’apporter des questionnements ou des réponses.
  2. La seconde phase, celle de mise en place de la trace écrite, règle ou autre peut se faire avec un simple vidéoprojecteur sans TBI (même si l’apport du TBI peut encore être intéressant à ce stade).
  3. La troisième phase, celle d’entraînement est à mon sens plus du ressort de l’utilisation individuelle ou en petit groupe de l’informatique. Dans ce cas, le TBI se justifie moins (il vaut mieux une machine pour un ou deux élèves). Cependant, il est très intéressant de pouvoir laisser accessibles aux élèves les traces écrites du TBI sur les ordinateurs de « fond » de classe.

Le TBI peut-il être utilisé à tout moment ?

Un outil complémentaire aux supports traditionnels

La puissance technique du TBI peut laisser penser que cet outil est capable de remplacer tous les supports traditionnels de l’enseignement.

Dans la pratique, on constate que le TBI prend généralement une très grande place dans la vie de la classe mais sans s’imposer réellement comme l’unique vecteur de transmission du savoir. L’usage du rétroprojecteur et des photocopies est souvent largement diminué, mais d’autres supports continuent à garder leur place. Ainsi, beaucoup d’utilisateurs du TBI fonctionnent avec une utilisation mixte du tableau noir et du tableau interactif, et continuent à utiliser un manuel.

Plusieurs raisons peuvent être trouvées :

  • le tableau noir est par excellence le support de l’écrit, il revêt un caractère plus académique, plus rigoureux, et certains professeurs préfèrent l’utiliser pour tout ce qui concerne les exercices d’écriture (poésie, rédaction, recopie d’une consigne…).
  • le manuel scolaire reste un support fondamental d’apprentissage et certains considèrent qu’il est important pour les enfants d’apprendre à s’en servir.

Certains considèrent aussi qu’utiliser trop intensivement le TBI peut conduire à lui faire perdre de son attrait auprès des enfants, en banalisant son usage.

Un équilibre à recréer

On constate aussi que, si l’usage du TBI est souvent intensif au début, après un certain temps il peut tendre à diminuer. Ce n’est pas par perte d’intérêt, mais surtout parce que l’usage du TBI a réellement été intégré à la pratique du professeur, qui a réussi à instaurer un bon équilibre entre tous les supports mis à sa disposition.

Vers un usage pertinent du TBI

La fréquence d’utilisation du TBI est donc vraiment à moduler en fonction du contenu des apprentissages, de votre intérêt pour l’outil, et de l’orientation que vous souhaitez donner à votre enseignement. Il ne faut nullement se sentir obligé de l’utiliser à tout moment de la journée, un équilibre est à trouver entre le TBI et les autres supports. Il importe surtout de s’efforcer de faire un usage adapté du TBI, en l’utilisant quand il peut offrir un réel apport pédagogique et en exploitant au maximum ses potentialités interactives.

Commenter ou poser une question à l'auteur de l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>