Le tableau blanc interactif au service des élèves déficients auditifs

L’élève qui présente un déficit sensoriel dont l’incapacité auditive, est habituellement confronté à une multitude de tâches au travers desquelles il peut rencontrer d’importantes difficultés comme la compréhension, la mémorisation des cours, l’écoute de l’enseignant ou encore la communication. Ainsi, enseigner des élèves malentendants ne se réduit pas au simple fait de s’efforcer de bien articuler ou d’être un bon locuteur de LSF (langue des signes), les écoles ont surtout besoin d’aide technologique matérielle et logicielle y compris le tableau blanc interactif.

L’élève déficient auditif

FotoliaComp_93071202_7XTINXCwn11OfplBU6XaQYLWMju1RpgP_NW40

L’audition fournit à l’élève des indications sur le lieu où il se trouve. C’est ce qui lui fait savoir la présence des autres et l’arrivée d’un potentiel danger lié aux propriétés sonores des objets. En outre, ce sens permet d’entrer en communication audio-vocale et de s’approprier les informations nécessaires contribuant à l’apprentissage de l’élève.

C’est là qu’intervient le tableau blanc interactif. Cet outil technologique qui va permettre à l’élève malentendant une attention accrue aux informations visuelles et vibratoires dont il a besoin pour comprendre et apprendre de nouvelles choses. L’enjeux du dispositif résidera notamment, sur les activités de la perception visuelle. Le but est de faire connaitre le quoi ? qui ? comment ? pourquoi ? et avec quoi ? d’un sujet ou d’une matière.

Les fonctionnalités pratiques

historique-societe-mimio

La lecture labiale consiste à reconnaitre des éléments de la parole à partir des mouvements visibles des lèvres, de la langue et des joues de celui ou celle qui parle. Cette technique est applicable sur le tableau interactif : les élèves peuvent y visualiser les mouvements articulatoires qui forment un mot, et l’écriture du mot associé à une image correspondante, tout cela sur un écran géant avec une vue d’ensemble. En plus, on peut également visionner des vidéos d’interprétariats en LSF grâce à la navigation sur internet.
Par ailleurs, le tableau interactif vient avec des logiciels interactifs comme MimioStudio ou ActivInspire adaptés à toutes les matières. Ces programmes réunissent des fonctions tutoriels pour des exercices systématiques; des applications supplétives ou prophétiques pour suppléer une fonction déficitaire; des interfaces augmentatives pour réaliser un produit efficient; des outils à fonction procédurale offrant des outils de créativité et de structuration de la pensée ainsi que des outils communicationnels.

Par exemple, pendant les cours de mathématiques, l’utilisation de ces logiciels favorise l’accès des élèves aux concepts mathématiques pour les raisons suivantes :

– Ils proposent une composante visuelle très marquée ;
– Le tableur et le logiciel de carte mentale fournissent une organisation, et une structure des données (et un traitement pour le tableur) non linéaires ;
– Le logiciel de géométrie dynamique permet l’analyse des figures et surtout favorise l’accès au vocabulaire et aux expressions de géométrie, qui font tellement défaut aux élèves malentendants.

Pour conclure, le tableau blanc interactif permet de créer et d’adapter de nombreux types d’activités dans des domaines pédagogiques extrêmement variés, pour tous les niveaux scolaires et pour des enfants très sévèrement handicapés sur le plan auditif. D’ailleurs, le CRESDA ou centre régional d’éducation spécialisée pour des déficients auditifs s’équipe progressivement d’outils numériques tels que les tableaux interactifs (TBI) et les vidéoprojecteurs interactifs (VPI). Cependant, pour l’instant l’institution dépend de l’Agence régionale de la santé et quelques donateurs externes, elle sollicite toujours le financement de l’Education nationale.

Commenter ou poser une question à l'auteur de l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>